IEF : découverte des ateliers “Oeil de lynx”

Il y a plus d’une semaine, nous sommes arrivées à Perpignan et depuis, nous avons retrouvé un rythme quotidien pour l’IEF. Une partie de la matinée est donc dédiée à cela et la plupart du temps, Elena apprend en autonomie, elle a ses propres outils comme les podcasts qu’elle adore. Beaucoup d’adultes en écoutent mais sachez qu’il existe énormément de contenus de qualité pour les enfants aussi ! J’ai d’ailleurs écrit un article sur le site de Vivre En Famille pour en parler et partager nos podcasts favoris pour l’IEF. Je vous parlerai bientôt de ce site, car c’est une vraie mine d’or. 

En fait, nous ne faisons pas à proprement parler “l’école à la maison”, Elena est l’actrice principale de son éducation, et moi, je l’accompagne. Il faut dire qu’avant l’IEF, je pensais que les adultes étaient nécessairement les moteurs dans l’instruction, mais après m’être informée sur le unschooling, j’ai pris conscience que les activités libres et motivées par les enfants étaient sûrement le premier et le meilleur moyen d’apprendre.

En revanche, l’Instruction en Famille étant contrôlée en France, nous adaptons notre IEF aux exigences de l’Education nationale afin de rentrer dans les cases et avoir l’autorisation de continuer. Pour cela, nous faisons un peu de travail formel, académique, lorsqu’Elena est d’accord. Je fais en sorte de trouver des contenus amusants et intéressants pour elle afin que ce ne soit pas une corvée. Cela dure parfois quelques minutes ou plusieurs heures.

Liberté et confiance sont les deux maîtres mots de notre IEF.

Hier matin, nous avons testé une nouvelle ressource pédagogique de Pass Éducation. Il s’agit de l’atelier “Oeil de lynx” sur le thème des insectes (niveau CE2) qui, comme son nom l’indique, demande à l’enfant d’avoir un bon sens de l’observation, exercice qu’Elena apprécie particulièrement. En effet, nous avons eu une illustration accompagnée de plusieurs exercices, neuf au total. Le premier est un texte à trous à compléter grâce à une liste des mots manquants proposée dans la consigne. Elena a beaucoup aimé ce premier exercice qui lui a également permis de s’entraîner à l’écriture cursive tout en s’amusant avec les mots.

Dans le deuxième exercice, il fallait lire un nouveau texte dans lequel se trouvaient quatre erreurs qu’il fallait retrouver et barrer. C’est aussi un exercice qu’Elena a aimé car j’ai lu le texte en faisant comme si je me trompais et elle rigolait de m’entendre dire n’importe quoi.

Ensuite, à partir des deux textes, Elena a replacé dans des cases, à côté de l’illustration, les prénoms des personnages. Simple et efficace ! C’est un bon moyen de voir si notre enfant a bien compris l’histoire qu’on lui a racontée ou qu’iel a lue. 

Toujours dans l’optique de développer leur sens de l’observation, il est demandé aux enfants de trouver l’intrus dans trois listes de mots, toujours en fonction de l’illustration. 

Puis, le cinquième exercice est un vrai ou faux qui s’appuie sur les deux textes et/ou l’illustration. 

Les derniers exercices laissent libre cours à l’imagination. En effet, on propose à l’enfant d’écrire deux phrases à côté de l’image proposée. Il pourrait suffire de décrire l’image mais Elena a préféré inventer des intentions et un dialogue. Finalement, elle a dépassé les deux phrases suggérées, il ne lui en faut pas beaucoup pour inventer des histoires ! 

L’exercice suivant est aussi amusant : il fallait cocher les titres qui illustraient le mieux une partie de l’image. 

Pour terminer, l’exercice proposait d’imaginer ce que les escargots de l’histoire feraient si un oiseau se posait près d’eux. Elena a adoré l’exercice ! Elle a beaucoup d’imagination, adore les histoires et fait ça tous les jours naturellement. Elle m’a dit tout d’abord que les escargots prendraient la fuite mais s’est ravisée ensuite parce qu’ils ne seraient pas assez rapides… Donc finalement, ils se sont recroquevillés dans leur coquille pour ne pas se faire manger. 

Elena a donc bien aimé faire cet atelier et je pense que je lui proposerai un nouveau prochainement car c’était des exercices rapides à faire, amusants, et surtout adaptables selon le niveau. Je ne l’avais pas encore précisé mais ce que j’ai apprécié, c’est la possibilité d’avoir la même thématique et les activités similaires en niveau CE1, CE2 et CM1 ! Ce qui nous permet de piocher, si besoin, l’exercice d’un niveau ou d’un autre, en fonction des compétences de nos enfants. 

C’est quelque chose qui est essentiel lorsque l’on fait l’instruction en famille car nos enfants ne suivent pas le programme scolaire comme à l’école, iels avancent à leur rythme, en fonction de leurs intérêts. L’Éducation nationale nous impose de suivre le tronc commun, chaque enfant doit pouvoir valider les attendus de fin de cycle, mais en dehors de cela, nous sommes libres de suivre le programme niveau par niveau ou non. 

Elena a globalement un niveau CE2 alors qu’elle devrait être en CE1 si elle était à l’école, mais dans certaines matières, elle est capable de faire du CM1 ou alors, revenir sur du CE1 car elle a avancé moins vite sur des sujets qui l’intéressent moins. C’est vraiment ce que je trouve passionnant avec ce mode d’instruction.

Si vous voulez tester vous aussi les ateliers “Oeil de lynx” avec vos enfants, je vous partage les liens en fonction des niveaux. N’hésitez pas à me faire des retours, ça m’aide à mieux comprendre ce qui vous intéresse ou non, pour vous communiquer les meilleures ressources pédagogiques que je trouve ensuite. 

Julie

Vous souhaitez adhérer à Pass-education.fr ? Profitez de deux mois supplémentaires sur votre adhésion en ajoutant le code promo suivant lors de votre inscription : JULIE30 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *